16.3.15





Cafe at Biskra, Algeria
Frederick Arthur Bridgman
[1847-1928]



Le livre de la vie est le livre suprême
Qu'on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix ;
Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois,
Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même,
On voudrait revenir à la page où l'on aime,
Et la page où l'on meurt est déjà sous vos doigts...

[Alphonse de Lamartine]


2 commentaires:

  1. Ha sido un placer el pasear por tus blogs!!

    Creatividad,,amor y ternura!!

    Gracias por compartir tu corazón

    Abrazos Victoria

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ¡Muchas gracias Victoria!!

      Abrazos La Nomade

      Supprimer